Appel à communications

Femmes et nature : espaces de l’intime. Modèles, discours et réappropriations dans les littératures romanes

Journée d’étude

Université Sorbonne Nouvelle

ED 122 Europe Latine – Amérique Latine EA 3979 LECEMO

16 avril 2022

Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à communications suivant :

La relation entre les femmes et la nature constitue en littérature un binôme marqué traditionnellement par les topoi, les stéréotypes et les archétypes offrant une représentation limitée de l’individualité féminine. Divinités ou personnifications des forces vives de la nature, figures allégoriques incarnant souvent un certain nombre de polarités (pureté/transgression, virginité/procréation, bien/mal) ou personnages hors norme et excentriques, les êtres féminins liés étroitement à la nature font l’objet de discours normatifs qui tendent à effacer leur subjectivité. Cibles des désirs sexuels ou des interdictions sociales, ils vivent une simplification du rapport entre la construction du genre et la construction de l’espace, qui s’est souvent exprimée sous forme d’un dualisme homme = culture / femme = nature. D’ailleurs, comme l’affirme Gisela Bock, cette dichotomie culture/nature a été « reconnue [par les spécialistes de l’histoire des femmes, NDLR] comme une façon spécifique – et peut-être spécifiquement occidentale – d’exprimer les hiérarchies entre les sexes» (G. BOCK, p. 56).

Si d’une part on peut observer cette tendance à la stéréotypisation et à la simplification dans la représentation littéraire du rapport femme-nature, de l’autre, dans la perspective diachronique que nous souhaitons adopter, il faut considérer que la perception des espaces naturels et leur reformulation par l’imaginaire littéraire changent au long de l’histoire. Si le Moyen Âge est marqué par l’idéalisation et la symbolicité des éléments naturels, la Renaissance se concentre plutôt sur l’étude et l’observation de ceux-ci. Ce changement de perspective mène à la naissance de la notion de paysage, et, plus tard, à la fascination romantique pour le “sublime”, et donc pour la nature indomptable et sauvage. S’ensuit une période de contrôle toujours plus strict sur la nature en parallèle d’un développement exponentiel des villes et des aires industrielles, qui réduit de plus en plus la présence et la fonction de la nature dans la société et dans l’espace, rendant plus complexe le rapport entre les individus et les espaces naturels. Aujourd’hui, on assiste plutôt à un retour vers cette nature perdue, à la recherche d’une nouvelle harmonie avec elle, comme le témoigne, entre autres, l’émergence du champ d’études de l’écocritique(G. VIGNOLA).

Or, cette évolution de l’idée de nature et des images littéraires la concernant suscite l’intérêt des études sur les littératures en langues romanes, tandis que le mouvement de la relation femmes-espaces naturels demeure encore peu approfondi. Plus particulièrement, la représentation littéraire des personnages féminins dans la nature ou liés étroitement à celle-ci nous interroge sur leur possible accord intime et donc sur l’expression de la vie intérieure des femmes, de leur existence la plus profonde dans les espaces naturels, propices à la solitude et non marqués par l’empreinte culturelle masculine qui caractérise l’espace urbain.

Y a-t-il donc des mutations dans la représentation littéraire du rapport femmes-espaces naturels, laissant une place de plus en plus significative à l’expression de l’intimité féminine ? La nature devient-elle un territoire intérieur et imaginatif féminin ? Quels sont, au contraire, les éléments de continuité, les topoi qui résistent au passage des siècles ? Ces interrogations mériteraient d’être davantage traitées dans le champ littéraire, créant ainsi des ponts nécessaires avec les études de genre, à travers l’exploration de plusieurs époques et pays.

Par ailleurs, la relation femmes-nature en littérature doit être prise en compte à travers deux regards, deux plumes : ceux des hommes de lettres et ceux des autrices, qui permettent de prendre en considération à la fois le plan de la représentation et le plan de l’expression d’une intimité féminine par les femmes. Dans quelle mesure le genre de la personne qui écrit joue-t-il un rôle dans ce type de discours ? Le lien entre femme et nature exprimé par les hommes constitue-t-il une exclusion de la culture masculine ? Au contraire, les autrices, ainsi que leurs personnages, se sont-elles réapproprié la nature comme “espace à soi”, comme espace de l’intime, aboutissant à une réinvention identitaire des sujets-femmes entre solitude, liberté et sauvagerie de la nature ?

C’est cette recherche d’une représentation de l’intimité féminine en rapport avec les espaces naturels, ou sa dévalorisation ou négation, que la journée Femmes et nature : espaces de l’intime. Modèles, discours et réappropriations dans les littératures romanes souhaite interroger à travers l’étude des œuvres littéraires en langues romanes, au cours d’un horizon temporel qui va du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

Bibliographie indicative

Béranger, Élisabeth, Castro, Ginette, Paoli, Marie-Lise et Equipe Créativité et imaginaire des femmes, Femme et nature : actes du colloque de 1996, Talence : Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1997.

Bock, Gisela, Les dichotomies en histoire des femmes : un défi, « Clio. Femmes, Genre, Histoire »[En ligne], 32 | 2010, p. 53-88.

Castro, Ginette, Paoli, Marie-Lise et Équipe Créativité et imaginaire des femmes, Femme et nature, Talence : Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2000.

Dalem, Marie-Anne, Femmes de fermes : chronique de la vie des femmes d’hier à aujourd’hui,Pontarlier : Ed. du Belvédère, 2008.

Devine, Maureen, Woman and nature: literary reconceptualizations, Metuchen (N.J.), London : The Scarecrow Press, 1992.

Ebbersmeyer, Sabrina, Paganini, Gianni (eds), Women, philosophy and science: Italy and early modern Europe, Cham : Springer, 2020.

Griffin, Susan, Woman and nature: The roaring inside her, San Francisco : Sierra club books, 1978.

Lazard, Madeleine, Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris : Presses Universitaires de France, 1985.

Malick-Prunier, Sophie, Le corps féminin et ses représentations poétiques dans la latinité tardive, Paris : Les belles lettres, 2008.

Paoli, Marie-Lise (éd.), L’imaginaire au féminin : du liminal à l’animal…, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2018.

Paravicini Bagliani, Agostino, Jacquart, Danielle, Thomasset, Claude [et al.], Le corps féminin au Moyen Age / Il corpo femminile nel Medioevo, Florence : SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2014.

Vakoch, Douglas A. (éd.), Feminist ecocriticism: environment, women, and literature, Lanham, Plymouth : Lexington Books, 2012.

Vignola, Gabriel, Écocritique, écosémiotique et représentation du monde en littérature, « Cygne noir »[En ligne], 5 | 2017.

Weyd, Paule-Marie, La vie paysanne féminine, Angers : H. Siraudeau & Cie, 1944.

Modalités de participation

Les propositions de communication (titre + résumé de 500 mots maximum + bibliographie synthétique + une brève présentation de l’auteur.ice) sont à envoyer au plus tard le 10 janvier 2022 à l’adresse :

femmesnature.journee@gmail.com

La durée prévue des communications est d’environ 20 minutes.

Le comité d’organisation prévoit la publication des contributions dans un volume collectif avec comité scientifique.

La journée d’étude s’adresse principalement aux doctorant.e.s, docteur.e.s et jeunes chercheur.se.s. Elle aura lieu en présentiel à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle, à Paris, le 16 avril 2022.

Comité d’organisation

Giusi La Grotteria, Université Sorbonne Nouvelle (giusi.la-grotteria@sorbonne-nouvelle.fr)

Giulia Parma, Université Sorbonne Nouvelle (giulia.parma@sorbonne-nouvelle.fr)

Victoria Rimbert, Université Sorbonne Nouvelle – Università degli Studi di Padova (victoria.rimbert@sorbonne-nouvelle.fr)

Appel à communication – ADI “Per un nuovo canone del Novecento letterario italiano – Le Narratrici”


Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à participation suivant. Retrouvez cet appel également sur le site de l’ADI : https://www.italianisti.it/news/call-for-papers/per-un-nuovo-canone-letterario-del-novecento-letterario-italiano.

Convegno del Gruppo di lavoro «Studi delle donne nella letteratura italiana» dell’AdI-Associazione degli Italianisti, 15-16 dicembre 2021, su piattaforma online

Il Gruppo di lavoro «Studi delle donne nella letteratura italiana» dell’AdI-Associazione degli Italianisti si è costituito nel 2014 con l’intento di promuove studi e ricerche sulle autrici di tutto l’arco temporale della letteratura italiana. Il Gruppo ha organizzato specifiche sessioni di lavoro all’interno dei congressi annuali dell’AdI e in altre occasioni, interessandosi alla presenza delle voci femminili nei vari generi letterari. Quest’anno si inaugura un ciclo di convegni volti a individuare, nella produzione del XX secolo, le scrittrici di maggior rilievo, in funzione di una ridefinizione del canone della letteratura italiana contemporanea. Questo convegno, il primo del ciclo, è dedicato alla narrativa. Ne seguiranno altri due: uno dedicato alla poesia e l’altro al teatro.

A fronte di innumerevoli autrici che dalla fine dell’Ottocento hanno arricchito la narrativa italiana, ad oggi l’unica unanimemente accolta nel canone è Elsa Morante. Molte altre narratrici significative, seppur studiate, attendono ancora una collocazione all’interno della letteratura contemporanea. Con questo convegno ci proponiamo di rileggerne le opere di maggior valore per favorirne l’assunzione nel canone del Novecento o, nel caso, approfondire i motivi della loro esclusione. Saranno pertanto accettate le proposte di relazione che, incentrandosi sull’analisi di singole opere, sappiano coglierne la rilevanza storica ed evidenziarne le specificità espressive e la qualità letteraria.

L’arco cronologico di interesse arriverà fino alla generazione nata negli anni Trenta del Novecento. Si prenderanno in considerazione, in prima battuta, relazioni dedicate alle opere narrative delle scrittrici più accreditate quali Matilde Serao, Annie Vivanti, Grazia Deledda, Sibilla Aleramo, Maria Messina, Dolores Prato, Anna Banti, Gianna Manzini, Fausta Cialente, Renata Viganò, Maria Bellonci, Lalla Romano, Laudomia Bonanni, Paola Masino, Alba de Céspedes, Elsa Morante, Anna Maria Ortese, Natalia Ginzburg, Luisa Adorno, Alice Ceresa, Goliarda Sapienza, Francesca Sanvitale, Fabrizia Ramondino, Francesca Duranti, Dacia Maraini.

In seconda battuta potranno essere accettate relazioni su opere narrative di altre autrici, magari meno note ma significative.

Continuer la lecture de « Appel à communication – ADI “Per un nuovo canone del Novecento letterario italiano – Le Narratrici” »

Appel à participation à panel – ADI “La parola incarnata: profezia, misticismo, modelli di potere nelle scrittrici tra Quattro e Seicento”

Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à participation suivant, dans le cadre du XXIV Congrès national de l’ADI (Associazione Degli Italianisti), “Letteratura e potere/poteri”.

Site de l’ADI : https://www.italianisti.it/associazione/congressi-adi/letteratura-e-poterepoteri.

La parola incarnata: profezia, misticismo, modelli di potere nelle scrittrici tra Quattro e Seicento

Da Cristine de Pizan, Caterina da Siena, Brigida di Svezia fino ad Angela Merici e Paola Antonia Negri: le eroine mandate da Dio in terra sono chiamate ad agire nella storia attraverso la forza della parola profetica e a scardinare o confermare le logiche del potere a loro contemporanee. Nonostante la prospettiva mistica che queste figure hanno attribuito al tipo di conoscenza della quale si facevano mediatrici, la riflessione storico-politica su cui fondano la loro missione ed esegesi è quella, tuttavia, del linguaggio della realpolitik. Caterina da Siena e Brigida di Svezia, in particolare, sono le prime a fare politica con la scrittura, compiendo un radicale quanto inaudito salto nella concretezza della storia, lasciando in eredità modelli profetici replicabili su cui molte altre religiose e donne di cultura fonderanno l’autorità del proprio pensiero. Basandosi sulle ricerche che da anni investigano il rapporto tra profezia, politica, esegesi e scrittura religiosa nella produzione letteraria italiana pre- e post-conciliare (si vedano in particolare gli studi di Zarri, Valerio, Bartolomei-Romagnoli, Nocentini, Herzig, Falkeid, Cappuccilli), il panel invita gli interventi a riflettere sulle seguenti linee di indagine:

– Autrici e/o figure religiose che riprendano nei loro scritti l’eredità del pensiero mistico-profetico medievale femminile o a loro contemporaneo.

– L’applicabilità del concetto di ‘narrateur-prophète’ (Mühlethaler 1990/2) medioevale su autrici rinascimentali.

– Il rapporto tra esegesi e potere da una prospettiva di genere.

Continuer la lecture de « Appel à participation à panel – ADI “La parola incarnata: profezia, misticismo, modelli di potere nelle scrittrici tra Quattro e Seicento” »

Appel à communication – Colloque AVISA – Ecrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée

Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à contribution suivant. Retrouvez cet appel également sur le site de la plateforme AVISA : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique.

Ce colloque entre dans le projet AVISA co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de « Appel à communication – Colloque AVISA – Ecrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée »