Appel à communication – Colloque AVISA – Ecrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée

Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à contribution suivant. Retrouvez cet appel également sur le site de la plateforme AVISA : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique.

Ce colloque entre dans le projet AVISA co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de « Appel à communication – Colloque AVISA – Ecrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée »

Appel à contribution – Ouvrage collectif – Femmes et migration : les itinéraires de l’attente dans la littérature italienne (XIXe-XXIe siècles)

Figures muliebris a le plaisir de diffuser l’appel à contribution suivant. Retrouvez cet appel également sur le site du ReSO, unité de recherche de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 : https://reso.www.univ-montp3.fr/fr/actualite/appel-a-contribution-ouvrage-collectif-femmes-et-migration-les-itineraires

Terme polysémique, l’attente désigne à la fois un état d’âme, une action et une condition ancrée dans le temps, qu’on peut définir comme un écart entre deux moments ou comme une suspension de l’instant. Dans ce sens, l’attente peut être préalable à une rupture par rapport au moment qui précède, mais aussi constituer un temps long, celui de l’inertie qui nourrit les rêves et les craintes, les projets et les angoisses. Dans les récits sur les expériences migratoires la question de l’attente occupe une position centrale. Symbole ou moteur de la migration, souvent renforcée par des dispositifs dissuasifs et sélectifs, l’attente peut se cristalliser dans des formes variables individuelles et collectives. En effet, si les parcours migratoires se construisent, y compris du point de vue narratif, sur différentes temporalités, les moments de l’attente peuvent être pluriels et concerner autant les figures qui partent que celles qui restent.

Le cas des personnages féminins est particulièrement pertinent à étudier dans la mesure où il existe une mythologie féminine de l’attente (de la Pénélope d’Homère aux vedove bianche de l’émigration italienne entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle), avec la figure de la femme qui reste et attend le retour de l’homme, aujourd’hui largement remise en question. Une nouvelle approche historique et sociale met en effet en avant la « féminisation des migrations internationales », comme le soulignent Linda Guerry et Françoise Thébaud dans l’introduction du numéro « Femmes et genre en migration » de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°51, 2020, rappelant que « l’approche de longue durée a montré que la répartition sexuée des flux migratoires a considérablement varié au cours du temps ».

Continuer la lecture de « Appel à contribution – Ouvrage collectif – Femmes et migration : les itinéraires de l’attente dans la littérature italienne (XIXe-XXIe siècles) »

Des oies, des prêtres et des saucisses. Le personnage de la veuve dans les nouvelles italiennes du XVe siècle.

Source : Gallica / BnF

          Au XVe siècle, les recueils de nouvelles profitent encore grandement du succès littéraire du genre dû à Boccace à peine un demi-siècle plus tôt, ainsi que du modèle proposé par ce dernier : des nouvelles colorées, vives, majoritairement ancrées dans un espace familier aux lecteurs contemporains, reflet de la société « renaissante » et de ses préoccupations pratiques et morales, et insérées dans une histoire-cadre conférant à l’oeuvre une bidimensionnalité narrative caractéristique. Si au début du siècle c’est plutôt le Boccace latin et encyclopédique qui est érigé en modèle par les humanistes, nos auteurs de nouvelles, précédés au XIVe siècle par Franco Sacchetti et Ser Giovanni Fiorentino, ont bien compris qu’une large part du public des lecteurs apprécie ces récits brefs, où se concentre dans un cadre vraisemblable une action différant de la banalité quotidienne, et suscitant l’hilarité, la peur, la compassion, la tristesse ou l’indignation.
Les nouvelles à l’origine de cette palette d’émotions mettent bien souvent en scène les relations entre hommes et femmes. Parmi ces dernières, définies par leur statut matrimonial, se trouvent de nombreuses veuves. Une interrogation guidera notre tour d’horizon : pourquoi un auteur décide-t-il, dans un récit précis, que le personnage féminin doit être désigné explicitement comme étant une veuve ? Une question qui se pose tout particulièrement dans le cadre de l’étude de nouvelles, où l’impératif de brièveté ne laisse que peu de place à des précisions et détails superflus. Il est assez flagrant, en parcourant notre corpus, de constater qu’il y a entre tous ces récits ou presque un dénominateur commun : l’évocation de la sexualité.

Continuer la lecture de « Des oies, des prêtres et des saucisses. Le personnage de la veuve dans les nouvelles italiennes du XVe siècle. »

Figures muliebris

     Ce projet naît de la rencontre de trois jeunes chercheuses en littérature italienne de la Sorbonne Nouvelle dont les recherches portent sur la représentation de personnages féminins, leurs histoires, leurs évolutions, leurs rôles, leurs significations tant au sein de la narration que dans un cadre historico-culturel plus large. Travaillant sur trois époques différentes (Moyen Âge, Renaissance et contemporaine), nos réflexions ont révélé la nécessité d’accorder une plus grande importance à cette thématique et ses enjeux à travers les différentes périodes de développement de la littérature italienne.
     Ce carnet a donc pour ambition de faire dialoguer divers textes (en vers comme en prose) d’autrices et auteurs et de mettre en résonance des perspectives variées à ce sujet.
     Un travail collaboratif avec des chercheurs et chercheuses souhaitant contribuer au projet pourra permettre de mettre en lumière l’hétérogénéité de ces personnages féminins, et à travers celle-ci la pluralité des regards qui ont été et sont encore posés sur elles. Nous chercherons, ensemble, à définir la capacité d’action de ces figures ou au contraire leur passivité, à identifier leurs parcours de vie, leur rébellion ou leur conformation aux normes sociales pesant souvent lourdement sur les femmes, leur rapport à l’autre (féminin et masculin). Nous avons choisi délibérément de ne pas fixer de bornes chronologiques à cette étude, afin de pouvoir repérer d’éventuelles évolutions dans les représentations littéraires des femmes, ou au contraire des schémas, stéréotypes, enjeux persistants.
     Souhaitant valoriser la recherche littéraire sur ces multiples figures muliebris, ce carnet vise d’une part à réunir différentes contributions d’italianistes, sous forme de billets thématiques ou de recensions (en français, en italien ou en anglais), d’autre part à diffuser des travaux, projets, appels et matériaux ayant trait à la même problématique.
Convaincues du caractère indispensable et actuel d’une telle recherche, nous nous réjouissons de pouvoir partager nos intérêts communs à la fois avec d’autres experts en littérature italienne, en leur allouant un espace de parole et d’expression, mais aussi avec un lectorat de spécialistes ou non, en espérant que cette réflexion collective aboutisse à une définition à la fois globale et approfondie de la place et des enjeux des personnages féminins et de leurs parcours dans la littérature italienne.

 

 

Indications pour les contributeurs et contributrices

Vous pouvez soumettre vos propositions de contributions pour le carnet en français, en italien ou en anglais à cette adresse :                          figuresmuliebris@gmail.com

Nous serons ravies de recevoir vos suggestions de billets sur la thématique des représentations féminines dans la littérature italienne (sans restrictions de période), de comptes-rendus d’ouvrages ou de colloques, de bibliographies, ainsi que des appels à communications et à publications, ou informations sur d’éventuels événements liés au sujet.